L’ARS tire la sonnette d’alarme : pas de relâchement – « Restez (ENCORE) chez vous ! »

Dans un communiqué transmis à la presse, L’ARS appelle à ne pas relâcher les efforts du confinement jusqu’au 11 mai en attendant les nouvelles consignes:

« Depuis le 17 mars, les Néo-aquitains comme tous les citoyens français respectent le confinement imposé par les autorités. Des efforts remarquables ont ainsi été faits pour éviter la circulation du virus. Ces efforts ont été payants, mais ils ne doivent pas être relâchés !
Le Président de la République a annoncé un déconfinement progressif du territoire à compter du 11 mai, mais pas avant ! Face à un éventuel relâchement de la vigilance, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine tire la sonnette d’alarme, à 15 jours du début du déconfinement et à quelques heures de nouvelles annonces du Gouvernement.

Restez (ENCORE) chez vous !

La Nouvelle-Aquitaine est aujourd’hui une des régions les moins impactées par le coronavirus, grâce à un effet conjugué : une faible circulation du virus au moment de la décision de confinement et un strict respect de celui-ci. Gardons cette « longueur d’avance » ! Le virus est toujours présent et l’épidémie redoublera d’intensité en cas de relâchement non maîtrisé de la distanciation sociale et des mesures barrières.
Les annonces gouvernementales sur les modalités d’un déconfinement progressif sont attendues pour demain. Leur mise en œuvre sera préparée localement pour le 11 mai et fera, dès que possible, l’objet de communication. D’ici la mise en place de cette organisation, les efforts de confinement et de respect des gestes barrières doivent impérativement être poursuivis par tous.

Confinés, mais attentif à notre santé

Jusqu’au 11 mai, les consignes relatives aux soins déjà présentées s’appliquent toujours dans le respect des mesures de sécurité appliquées par les professionnels de santé, en particulier : »

  • Les téléconsultations sont à privilégier à chaque fois que c’est possible,
  • Le suivi médical des personnes atteintes de maladies chroniques ainsi que des femmes enceintes est à assurer en ville ou à l’hôpital si nécessaire,
  • La vaccination et le suivi médical des nourrissons de moins de 2 ans sont à maintenir,
  • Le dépistage des patients suspectés par leur médecin de développer un cancer doit être effectué. Les autres dépistages systématiques doivent être reportés,
  • Chacun doit maintenir le lien avec son médecin traitant en cas d’apparition de symptômes, qu’ils soient relatifs ou non au Covid-19,
  • Les soins urgents doivent être assurés par les établissements, ainsi que les soins non urgents qui ne peuvent pas être différés sans perte de chance pour les patients
  • En cas d’urgence, appeler le 15.
Transformer en PDFImprimer la page
FacebookLinkedInShare

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Francois EHLINGER
Francois EHLINGER
4 années il y a

Serait-ce pour faire oublier son impéritie que l’ARS relève la tête? Avez vous oublié qu’elle gère notre santé, raison pour laquelle elle a étouffé nos hôpitaux, supprimé de dizaines de postes, fermé des lits, géré les masques et les tests. Alors, de grâce !

alain lafforgue
alain lafforgue
4 années il y a

MERCI POUR VOS INFORMATIONS.