François Deluga s’oppose à un épandage de résidus de méthanisation sur plus de 3000 hectares de Forêt

Une information vient d’être communiquée ce jour selon laquelle les digestats peuvent contenir des polluants et réduire l’activité microbiologique du sol après épandage. Il est indiqué dans le dossier d’autorisation environnementale « qu’en cas de déversement dans un ruisseau ou un fossé, il y a risque de pollution de l’eau ».

En conséquence le maire du Teich, François Deluga, a décidé de s’opposer à l’épandage de résidus de méthanisation sur plus de 3000 hectares de Forêt sur la commune. 

La zone prévue pour l’épandage contient de nombreux fossés et ruisseaux qui drainent tout le secteur en amont du Bassin d’Arcachon avec une pente supérieure à 2mm/m.  « Il est ainsi inconcevable de réaliser une telle opération avec un risque pour la qualité de l’eau dans un secteur maillé par les fossés et ruisseaux en limite du Bassin d’Arcachon et en zone Natura 2000. « 

Retrouvez le communiqué de presse complet ci-dessous: 

 

 

Transformer en PDFImprimer la page
FacebookLinkedInShare

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Knut
Knut
5 années il y a

Les maires des autres communes sont-ils
mobilisés……j en doute

Thocaven
Thocaven
5 années il y a

Bravo, voilà le « principe de précaution » en application !

CSNM
CSNM
5 années il y a

Bonjour,
Mr Deluga a 100% raison ! Les épandages sont polluants et extrêmement risqués, et ils appauvrissent la biodiversité du sol.
Le Collectif Scientifique National Méthanisation raisonné alerte le gouvernement depuis plus de 6 mois à ce sujet, sans aucune réaction de sa part !
Lisez les fiches pédagogiques du CSNM sur https://twitter.com/CSNM9 ou https://www.facebook.com/groups/445158802683181/
sincèrement
Le CSNM

froguette
froguette
5 années il y a

Bravo à ce maire courageux, surtout si l’on pense à tous ses collègues de la vallée de L’Eyre (une bonne trentaine) qui ont laissé faire l’épandage des cendres à la dioxine de l’usine Dalkia de Biganos dans des parcelles agricoles comptant elles aussi crastes et ruisseaux dont l’eau finit dans le Bassin d’Arcachon.