Franz-Olivier Giesbert au « Grand Débat » d’Arcachon

Le grand débat d’Arcachon revient les 24 et 25 novembre au théâtre Olympia. Pendant deux jours, une série de débat animés par Philippe Lapousterie (ancien rédacteur en chef de RMC) abordera des thèmes de société qui agitent nos consciences : philosophie, religion, libre opinion… Cette nouvelle édition mettra particulièrement en lumière les conflits actuels : le conflit israélo-palestinien et la guerre en Ukraine.

Entrée libre

Après Alain Bauer et François Hollande, de nouvelles personnalités s’installeront donc dans les fauteuils du grand débat :

  • Nathalie Saint-Cricq / 24 nov. à 17h30 : Journaliste et écrivain – « L’ombre d’un traître » éditions de l’observatoire
  • Gilles Kepel / 24 nov. à 18h30 : Spécialiste Français du Proche Orient, professeur d’université et éditorialiste
  • Alain Baraton / 25 nov. à 14h : Jardinier en chef du domaine national de Trianon et du grand parc de Versaille et chroniqueur sur France Inter
  • Sylvie Kauffman / 25 nov. à 15h : Grand reporter et directrice de la rédaction du Monde
  • Franz-Olivier Giesbert/ 25 nov. à 16h15 : Editorialiste, journaliste et écrivain – « Histoire intime de la Ve République, Tragédie Française »

« On souhaite que la population puisse rencontrer des personnes qu’elle n’a pas l’habitude de voir »

mairie d’Arcachon

Transformer en PDFImprimer la page
FacebookLinkedInShare

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
SOULET Gilbert
SOULET Gilbert
7 mois il y a

à l’intention de Monsieur Franz-Olivier GIESBERT

    Bonjour Monsieur GIESBERT

Tout en petit déjeunant, j’écoute CNews animé par Sonia Mabrouk.
 
A 12h30 ce lundi, j’ai écouté l’émission et suis assez contrarié par le fait que vous n’ayez pas évoqué le rétablissement du Service National, au plus 6 mois pour filles et garçons;

Ce qui, à mon sens, donnerait une autre éducation à notre jeunesse en perte de repères : Le Droit, certes, mais surtout le Devoir avec la Nation, la République, l’engagement, la famille …

(Pour ma part, j’ai effectué 27 mois d’Appelé du contingent là-bas, en ex-AFN dont 4 mois au CIABCA de Fort de l’eau, puis Batna et les Aurès et terminer, après le putsch des Généraux sur la herse-Frontière Tunisienne).

Mon sincère respect.